Céline Alvarez, une institutrice révolutionnaire

12 sept. 2014

L’ancienne enseignante a démissionné de l’éducation nationale, mais n’a pas renoncé à diffuser les outils de l’école de demain
Ne dites pas d’elle qu’elle est « professeure » : cela efface son sourire, assombrit son humeur. D’abord parce que l’année scolaire qui vient de débuter se fera sans elle : Céline Alvarez n’a pas repris, ce 2 septembre, le chemin de l’école maternelle Jean-Lurçat de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) où elle avait entrepris, en 2011, de croiser la pédagogie Montessori avec la recherche en sciences cognitives.

Faute de pouvoir élargir l’expérimentation, elle a pris la lourde décision de donner sa démission. Ensuite parce que ce n’est pas pour « professer », comme elle dit, que cette jolie trentenaire a passé en candidat libre, il y a cinq ans, le concours de l’enseignement. Et elle le justifie sans s’embarrasser de fausse modestie : « C’était pour infiltrer le système et parvenir à le changer, pas pour enseigner. Je me laissais trois ans pour proposer un environnement de classe faisant l’effet d’une bombe pédagogique, explique-t-elle, trouver les bons outils permettant de révéler spontanément tout le potentiel des enfants, et réussir à les diffuser auprès des enseignants. »

Les trois années sont passées, et le « couperet » est tombé juste avant l’été : le projet piloté par Céline Alvarez, d’autant plus inédit qu’il avait vu le jour dans la ville de naissance des premières zones d’éducation prioritaire (ZEP), et non dans les quartiers huppés de la capitale où les écoles Montessori, toutes privées, font le plein d’élèves, ne sera pas étendu.

Lire la suite sur "Le Monde"

L'ancienne enseignante a démi...


Céline Alvarez par lemondefr

Archives